Le président du Cercle Bruges, Frans Schotte, a annoncé jeudi qu'il préfère rester dans un stade Jan Breydel complètement rénové plutôt que de vivre dans l'ombre du temple du football du Club Bruges, sur la chaussée de Blankenberge.

"Nous n'avons jamais choisi de déménager. On ne nous a jamais demandé notre avis", a prétendu Schotte. "Nous avons au contraire commandé une étude afin de voir dans quelle mesure il était possible de rester ici. Comme il n'y a pas de corrosion, la démolition n'est pas à l'ordre du jour."

Le Cercle ne voit que des avantages à sa permanence au Breydel. Ainsi 80% de ses supporters vivent dans les environs du stade et un sur quatre se rend au match à pied ou à vélo. Le club continuera à l'avenir de renforcer le tissu social et urbain actuel. En outre, il restera à la chaussée de Blankenberge 12 hectares, qui pourront être affectés à d'autres rôles. Ce n'est pas un secret d'affirmer que les organisations professionnelles aimeraient plutôt voir apparaître une zone-PME plutôt qu'un stade.

Du point de vue financier, le Cercle assure que 35 millions sont nécessaires à la construction d'un nouveau stade alors que son plan n'exige que 21,2 millions. "Cela fait quasiment 14 millions d'épargnés pour la Région flamande, la Ville et le Cercle", a ajouté Schotte.

La capacité du stade serait réduite à 12.000 places assises. Le plus frappant est que dans les tribunes sur les coins, on créerait 125 à 150 espaces résidentiels. En outre, 11.500 mètres carrés seront affectés à d'autres disciplines sportives ou à des services communaux ou à des bureaux pour professions libérales. Dans le nouveau stade, le confort pour les joueurs et les supporters sera également augmenté.

Il y aura aussi un espace autour du stade comprenant cinq terrains d'entraînement et un parking de 800 places. Une date pour le début des travaux n'a pas encore été décidée vu que le Club Bruges doit d'abord prendre possession de son nouveau stade. Une fois ce départ acté, les travaux pourront commencer et devraient durer un an et demi.