Le choc psychologique n'a pas eu lieu à Waasland Beveren. Les Waeslandiens ont pourtant dominé la première période mais ils ont manqué trop d'occasions. Le Sporting lui, a inscrit deux buts sur ses deux premières attaques.

Dirk Geeraerd, qui assurait l'interim en attendant la prise de fonction d'Arnaud Mercier, relançait Tuur Dierckx.

Il fallait attendre la 20e minute pour voir la première occasion. Emmers isolait Heymans, dont la reprise était détournée en coup de coin.

Il n'y en avait que pour Waasland Beveren avec des occasions pour Dierckx et Emmers mais la mire n'était pas réglée.

Charleroi en profitait peu après la demi-heure. Nurio centrait de la gauche et Morioka surgissait de la tête. Le Japonais ne célébrait pas son but face à son ancien club.

Charleroi était très bien payé. En début de deuxième mi-temps, Dessoleil sauvait encore son équipe et, sur sa deuxième attaque du match, le Sporting doublait son avance par Bruno.

Le troisième but carolo, par contre, était une merveille: Morioka lançait Nicholson qui tirait des 25 mètres.

Geeraerd faisait entrer Milosevic pour Emmers et Agyepong pour Dierckx mais il était déjà trop tard. Côté carolo, on assistait aux débuts de Rezaei, qui remplaçait Morioka. L'Iranien offrait directement un assist à Henen.

le MOMENT 
du match
Le 0-3 de Shamar Nicholson. Un but magnifique des 25 mètres, d'un angle relativement fermé. Non seulement il fallait oser mais il fallait surtout pouvoir le réaliser.
l'HOMME
du match
Morioka. Un but et un assist à des moments très importants. Nicholson pouvait revendiquer ce titre aussi.
notre AVIS
sur le match
Quand une équipe s'impose 0-4, c'est toujours mérité. Même si c'est forcé. On aurait sans doute assisté à un autre match si Waasland Beveren avait mis une de ses quatre premières occasions au fond. Les Waeslandiens ont eu le mérite de jouer avec 9 (jeunes) Belges.